Quelles sont les bonnes raisons de se mettre à l’écologie ?

La disparition alarmante des espèces végétales et animales, n’est plus une menace lointaine pour la biodiversité. Les chiffres sont évidents sur ce sujet. La survie de l’humanité est en jeu, ce danger, qui pèse sur notre biodiversité, doit alors nous faire réfléchir. C’est pourquoi, nous devons nous mettre à l’écologie.

L’écologie : c’est quoi exactement ?

L’écologie est une science récente, par conséquent, difficilement compréhensible par bon nombre de personnes. En biologie, l’écologie a pour objet, l’étude des relations des êtres vivants dans leur environnement ; elle se préoccupe de l’environnement, de la dégradation de la vie locale ou planétaire. Pratiquement, l’écologie est un engagement, sa finalité consiste à préserver la biodiversité. Elle doit alors prendre en compte les activités humaines pour limiter les conséquences négatives et dévastatrices, entraînant la destruction de la biodiversité.

Les trois niveaux de diversité biologique de la biodiversité

La première correspond aux écosystèmes, celle-ci dépend en particulier des caractéristiques géographiques telles que le paysage, le relief et autres. La seconde, quant à elle, concerne la diversité des espèces. C’est-à-dire que les variantes d’espèces vivantes vivent dans un même écosystème. Finalement, la diversité des gènes ; les caractéristiques génétiques des animaux sont différentes selon les individus d’une même espèce. La biodiversité est partout, sur la terre et sous la mer et comprend tous les organismes (des bactéries microscopiques et des animaux les plus complexes). Pour remarque, la biodiversité, dite négligée, comprend les invertébrés marins et terrestres, les champignons et plantes.

Le désastre sur notre biodiversité : les chiffres sont évidents

L’on parle notamment des risques potentiels qui pèsent sur notre génération future. Sachez que ce désastre n’est pas pour dans quelques années à venir. Les chiffres actuels sont évidents sur ce sujet. Sur les 70 294 espèces étudiées, 30 % sont menacées d’extinction au niveau mondial. Parmi les 7 espèces de tortures marines existantes, 6 sont menacées… Ces menaces concernent les 15 000 espèces existantes. Chaque année, des centaines de millions de poissons tropicaux, des quinzaines de millions d’animaux à fourrure… sont sujets au commerce illicite. En réalité, notre écosystème est bouleversé. Dans les 40 ans à venir, les activités humaines entraîneront la disparition de plus de la moitié des animaux sauvages sur notre planète. À titre de remarque, le fait de se mettre à l’écologie n’a rien d’austère. Au contraire, il nous procure le goût des bonnes choses et une vie plus saine et naturelle.

Quels sont les moyens de lutter contre le changement climatique ?

Les modifications de la température proviennent en majeur partie des activités humaines ; celles-ci proviennent de l’émission excessive du gaz à effet de serre. Si nous n’agissons pas dès maintenant, les problèmes liés au réchauffement climatique risquent de s’aggraver. En savoir plus sur nos contributions pour freiner le réchauffement climatique.

La lutte contre le réchauffement climatique : une question d’énergie

Pour avoir une mode de vie, favorable aux conditions climatiques, nous devons agir sur notre façon de consommer de l’énergie. Voici les trois modes d’actions possibles. Tout d’abord, nos premières actions consistent à accéder aux formes d’énergie moins polluantes pour réduire l’émission du gaz à effet de serre. L’on parle en particulier des énergies renouvelables ou du nucléaire. Par rapport à la quantité d’énergie consommée, on polluera moins ! Ensuite, notre consommation d’énergie doit être plus efficiente. Il est mieux alors d’utiliser des appareils qui consomment moins d’énergie. À titre d’exemple, par l’amélioration de l’isolation de l’habitat, nous avons moins d’énergie pour le chauffage. Cela dit, dans notre quotidien, nous tâchons d’entreprendre des actions, qui visent à réduire nos besoins en énergie. Dans ce cas, on dépense moins et pollue moins !

La préservation des forêts et la réduction de la pauvreté : des actions pour lutter contre le réchauffement climatique

L’exploitation forestière ou la conversion des terres à l’agriculture doit être effectuée dans le cadre légal pour éviter la disparition de nos forêts. À titre de remarque, la surexploitation forestière et les conséquences engendrées s’intensifient avec un rythme alarmant. D’après les statistiques, 1.3 milliards des gens dans le monde touchent 1.25 $ par jour. Pour augmenter les petits revenus ou pour sortir de la pauvreté, bon nombre de gens entreprennent des actions destructrices, en exploitant les terres, pour une agriculture de substance, par une vente illégale de bois sur le marché, à des prix largement inférieurs à la valeur réelle du bois.

Mise en place des nouvelles politiques d’approvisionnement

Pour réussir, sur le long ou moyen terme ; les entreprises doivent préserver leur réputation d’être les garantes de la protection de l’environnement en mettant en place à titre d’exemple dans leur stratégie de développement la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Tout cela se fait en particulier par la mise en place d’un nouveau processus sur l’approvisionnement. À ce propos, les entreprises doivent prendre des actions concrètes pour mettre en place une chaîne et des politiques d’approvisionnement légales et durables.

Pourquoi le recyclage du plastique pose des difficultés ?

Le recyclage du plastique est compliqué. De plus, il crée de nombreuses difficultés (techniques, scientifiques, financières…). Si vous souhaitez avoir des informations sur le recyclage du plastique, cet article est écrit pour vous. Il contient des informations sur le processus de recyclage ainsi que sur les causes de ses difficultés.

Le recyclage du plastique

À propos du recyclage, sachez qu’il existe deux types de plastique. D’une part les PET (Polyéthylène Téréphtalate) ou plastiques transparents (clair et foncé) et d’autre part les PEHD (Polyéthylène Haute Densité) habituellement opaques. Après la collecte et le tri, on les sépare en trois catégories (PEHD opaque, PET clair et PET foncé). Ensuite, ils sont compactés et emmenés vers un centre spécialisé. Les bouteilles en PET sont secouées pour éliminer les petits éléments, les étiquettes sont décollées à l’aide de la vapeur d’eau. Si l’on prend le cas des matières plastiques comme les bouteilles, elles sont broyées en paillettes, celles-ci sont ensuite mises dans l’eau. Contrairement aux paillettes de bouteille qui immergent, celles de bouchons flottent sur la surface de l’eau. C’est la raison pour laquelle, il faut faire le tri. Après le nettoyage des paillettes, elles peuvent être utilisées à nouveau.

Le tri des déchets

En matière de recyclage, le tri des déchets et la collecte sélective permettent de dégrouper et récupérer les déchets dépendamment de leur nature. Cela permet d’éliminer les souillures et donner une seconde vie aux déchets, par le procédé de recyclage, évitant leur destruction par incinération. Le tri sélectif, quant à lui, est une étape au cours de laquelle, on trie les déchets selon leur nature. Cela facilite le traitement des déchets.

Les raisons des difficultés liées au recyclage du plastique

Non seulement, les matériaux plastiques sont très variés dans leur nature (PE, PEHD), mais aussi dans leur présentation, en particulier, en présence de corps étrangers. Cela engendre de difficultés de collecte, sans oublier les problèmes liés à la présence des rebuts et aux présentations non adaptées au recyclage. En ce qui concerne les difficultés d’ordre technique et scientifique, les différentes présentations entraînent des difficultés de manipulation et de transformation. Souvent, les déchets plastiques sont mélangés, ce qui crée des problèmes de transformation des mélanges plastiques et de séparation des familles chimiques. En économie et finances, les produits recyclés sont vendus 30 % moins chers que les produits non recyclés, à cela s’ajoute les difficultés, de créer de la valeur ajoutée.

Quelles sont les principales causes de la pollution ?

L’on sait que les principales causes de pollution de l’environnement, d’une manière directe et indirecte, viennent des activités de l’homme. Chacun concourt à sa propre manière à la pollution atmosphérique. De nos jours, la protection de l’environnement devient alors une question de survie parce que l’avenir de l’humanité en dépend.

Particuliers, industriels, agriculteurs… : responsables de la pollution

À chacune, de nombreuses causes de pollution correspondent à plusieurs sources de dispersion d’agents polluants. Ces sources prennent place depuis l’amont jusqu’à l’aval, c’est-à-dire aux usages domestiques. À titre d’exemple, les substances chimiques commercialisées auprès des consommateurs contaminent indiscutablement l’environnement, sans oublier les quantités d’engrais et pesticides déversés dans l’environnement rural. Sachez que l’émission de minuscules de particules est liée aux combustions de toutes sortes (industrielles et routières), au chauffage de bois ou encore à l’épandage d’engrais. D’une manière indirecte, ces particules viennent de la transformation chimique, en particulier, des interactions des différents polluants gazeux. À titre de remarque, la production et l’utilisation d’énergie polluent indiscutablement la biosphère.

Les principaux polluants, sources de pollution

Selon les scientifiques, les polluants d’un diamètre inférieur 10 et 2.5 microns sont les sources de pollution. L’on parle notamment de dioxyde d’azote(NO2), de dioxyde soufre (SO2) ou encore du benzène (C6H6). Ils peuvent être dilués ou concentrés sous l’effet de la météo et émis des pots d’échappement des voitures ou des cheminées d’usine. Leur concentration dans l’air dont nous respirons peut endommager notre santé.

Protection de l’environnement : une question de survie

Tout d’abord, nous devons faire en sorte que nos activités ne polluent pas les sols et les mers, tout cela, en évitant de rejeter sans précaution des produits chimiques en grande quantité. Ensuite, nous veillons à ne pas polluer notre atmosphère, principale source de la quantité d’oxygène que nous respirons et indispensable à nos cellules. Sur ce point, nous tâchons de ne pas y rejeter des particules nocives pour la vie. Sachez que nous sommes incapables de nous adapter à notre climat. En cas de changement, l’on assiste dans certaines zones du monde des inondations, des tempêtes et autres cataclysmes, certaines plantes sont inadaptées. Sur ce point, protéger notre environnement consiste alors à limiter les rejets des gaz à effet de serre sur l’atmosphère. Finalement, nous devons empêcher la destruction des espaces naturels et toutes les espèces qui y vivent. À vrai dire, ces espèces sont indispensables à la survie et à l’avenir de l’homme.