Le baroque est un mouvement culturel qui s’est développé dans toute l’Europe au 17e siècle. Il s’oppose au goût classique et modéré qui avait dominé le siècle précédent et apporte de grands changements : l’art doit susciter l’étonnement et l’émerveillement, aussi et surtout par un goût pour l’insolite et le bizarre. Ce nouveau style, qui implique l’art et la littérature, s’est imposé car, à cette époque, la perception et la sensibilité de la population ont commencé à changer.

Au début des années 1600, en effet, de nombreuses découvertes ont été faites. Tout d’abord celle de la méthode scientifique par Descartes, qui a poussé les hommes à enquêter, et la découverte du système héliocentrique. La connaissance a commencé à devenir enfin autonome par rapport à la religion.

Le baroque dans la littérature

En littérature, le nouveau goût baroque se concentre sur la recherche de la nouveauté et l’expérimentalisme formel. Il a élaboré une poétique anti-classique visant à susciter l’émerveillement du lecteur par le recours à l’expérimentalisme formel.

Le terme baroque a été utilisé à partir de la fin du XVIIIe siècle pour désigner, de manière péjorative, toutes les tendances artistiques du siècle précédent qui s’écartaient de l’harmonie classique. Le terme dériverait du substantif baroque, utilisé en philosophie pour désigner un raisonnement crapuleux. Ou de l’adjectif portugais “barroco”, perle de forme irrégulière. Elle indiquerait donc l’aspect irrégulier de l’art baroque. Seuls les critiques du XXe siècle ont réussi à réévaluer le mouvement sous un jour positif, à mettre l’accent précisément sur l’expérimentation et l’innovation.

La littérature baroque s’est développée tout au long du XVIIe siècle et visait à renverser les canons de l’harmonie classique, qui s’étaient répandus pendant la Renaissance. Ce processus avait déjà commencé quelques années plus tôt, durant la seconde moitié du XVIe siècle, avec le maniérisme, qui exagérait les canons classiques.

Le baroque en Europe

Géographiquement, le passage au nouveau genre de la littérature baroque concerne toute l’Europe. Elle est particulièrement florissante en Espagne, avec la production théâtrale de Calderon de la Barca. En Angleterre, elle est représentée par la poésie métaphysique de John Donne et les pièces de théâtre de William Shakespeare. En France, il y a la production théâtrale de Molière et de Racine. Pour l’Italie, nous nous souvenons de la création de grandes pièces de théâtre, de la poésie de Giovan Battista Marino et de la production de Giambattista Basile.

En général, la poétique baroque est basée sur une conception complètement différente de celle du passé. Les auteurs se sont orientés, dès le début, vers une poétique anti-classique. L’art n’y est plus considéré comme une simple imitation de la nature. Au contraire, elle est considérée comme une véritable recréation de la nature elle-même.

Formes et thèmes

Ainsi, l’expérimentation de nouvelles formes, de nouveaux genres et de nouveaux thèmes abonde. L’objectif principal est de susciter l’émerveillement, en utilisant de grands artifices formels qui visent précisément à étonner le public. Les procédés rhétoriques prévalent également sur tous les autres aspects. L’utilisation de la métaphore, qui permet de relier des éléments même très éloignés, est particulièrement importante.

Les thèmes ont également subi un grand changement : les cadres littéraires habituels ont été remplacés par des situations inhabituelles, laides, grotesques et même paradoxales. De nombreuses œuvres insistent également sur le thème de la vanité de la vie, des illusions, de la mort et du temps qui passe.

Le rejet des genres traditionnels conduit à la naissance et au mélange de genres différents. Le madrigal est utilisé comme une forme poétique. Le roman est né, et le traité scientifico-philosophique a pris une importance considérable. Les genres les plus utilisés par les écrivains baroques restent cependant la poésie lyrique, le poème épique et le théâtre, tous révisés selon les nouvelles normes, et en rupture avec la tradition.

Le baroque en Italie

Le représentant le plus représentatif du baroque en Italie est sans aucun doute le susmentionné Giovan Battista Marino. Il est l’auteur d’un grand poème mythologique, l’Adonis, et de poèmes lyriques. Dans ses œuvres, il a exprimé toutes les caractéristiques de la poésie baroque. On retrouve donc un goût pour l’exagération, l’utilisation de procédés formels, la poétique du merveilleux, et une attention excessive aux aspects extérieurs de la réalité.

Un autre représentant important est Alessandro Tassoni. L’auteur de La secchia rapita, un poème héroïque qui raconte avec humour le conflit entre Bologne et Modène. Les autres grands auteurs des années 1600, tels que Giambattista Basile et Galileo Galilei, ne peuvent être attribués exclusivement à ce mouvement littéraire.

Le baroque, en littérature, restera le principal mouvement poétique jusqu’à la fin du siècle, lorsque les lettrés de l’Académie Arcadienne tenteront de restaurer l’ordre et l’harmonie classiques.