Le whisky fait partie de ces boissons alcoolisées qui jouit d’une réputation glamour partout dans le monde. En effet, il est associé, dans l’imaginaire collectif, à la richesse, l’élégance et le bon goût. On compte alors de nombreux adeptes de ce spiritueux qui doit être dégusté en suivant des règles précises. Voilà pourquoi vous pouvez désormais souscrire à un abonnement mensuel et recevoir une sélection alléchante. Mais avant de passer à la dégustation, voici 3 questions qui vous permettront de mieux vous familiariser avec cette boisson.

Question 1 : Quelle est l’origine des couleurs du whisky ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que la couleur que vous voyez dans votre verre n’est pas celle du whisky. Car, en réalité, à sa sortie de l’alambic, cette boisson est aussi transparente que de l’eau. Ce liquide incolore prend des couleurs au contact du fût. Plus celui-ci est usagé, plus la boisson est terne. Ainsi, un whisky très foncé a été forcément stocké dans un fût de chêne neuf. Notez que le whisky fait partie de ces boissons alcoolisées qui possèdent la plus grande palette de coloris : le liquide peut aller d’un jaune très clair à un ambré beaucoup plus foncé.

Cependant, le whisky se caractérise par sa non-uniformité. La couleur dominante est certes le jaune, mais vous y trouverez aussi des nuances qui virent vers le cuivré, le bronze ou encore le doré. Des reflets verdâtres et rougeâtres peuvent aussi être palpables dans quelques variétés de whisky plutôt rares. Les fûts de porto ont donné naissance à des variantes rosées qui surprennent et séduisent aussi bien par leur goût que par leur apparence.

Certains novices de dégustation de whisky pensent à tort que la limpidité et le scintillement du liquide sont un gage incontestable de qualité. Mais ils sont loin du compte ! Ces signes indiquent, en réalité, un filtrage à froid réalisé de manière excessive.

La leçon à retenir est qu’il ne faut pas juger un whisky par sa couleur. Des industriels vont même jusqu’à ajouter un colorant artificiel pour donner à la boisson les nuances voulues. D’autres optent pour du caramel pour changer la couleur en apportant une touche de douceur au goût.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur https://www.whiskybox.fr/.

Question 2 : Comment le whisky arrive-t-il à maturation ?

La maturation qui augmente le plaisir de la dégustation whisky dépend de plusieurs éléments. La palette aromatique obtenue dans une variété donnée dépend de la taille, de la nature et de l’origine du fût. Pour les malts du Speyside, le contenant est ce qui donne 80 % des saveurs, étant donné que le fût intervient dans le séchage du malt.

A côté, il y a la tourbe dont le rôle est complémentaire à celui du fût. Autrement dit, l’action de ces 2 éléments produit ce qu’on appelle des single malts connus pour leur saveur aussi inaccoutumée que complexe. Par ailleurs, le climat et la durée ont aussi un impact significatif sur la qualité du whisky. Ces 2 facteurs déterminent aussi bien la souplesse de la boisson que ses nuances iodées.

Question 3 : Comment reconnaître un véritable amateur de whisky ?

Le passionné de whisky, qu’il soit fraîchement initié à cette activité ou un amateur de longue date, a un rapport particulier avec cette boisson. Tout d’abord, il essaie par tous les moyens de rassembler un maximum d’informations sur cette boisson, sur les règles de la dégustation et sur les variétés présentes dans les quatre coins du monde.

Pour cela, il fait des recherches et consulte tous les ouvrages lui permettant de s’immerger dans ce monde qui ne manque ni de surprises ni de complexité. Cet amateur, vous le verrez organiser des voyages, non pas pour jouer au touriste, mais pour visiter des distilleries dont il a entendu parler. Ces lieux de fabrication deviennent pour ces mordus de whisky une destination exclusive pour un pèlerinage bien mérité.