Face à une impasse bancaire, les propriétaires de biens immobiliers disposent de plusieurs solutions immobilières afin d’éviter la saisie immobilière. La vente en est une pour générer des liquides. Cependant, s’ils ne veulent pas se détacher de leur bien immobilier, le portage immobilier et la vente à réméré sont des alternatives envisageables mis à la disposition de nombreux propriétaires. Ce sont des options très efficaces proposées par des agences afin d’obtenir la somme dont ils ont besoin tout en conservant la possibilité de racheter leur bien. Elles s’adressent à des propriétaires touchées par des accidents de la vie et qui veulent sortir du surendettement. Quelles sont ses alternatives et quel est le principe de cette opération ? Voici les éléments de réponse.

Comment sortir d’une impasse bancaire ?

Pour sortir d’une impasse financière, la cession du bien immobilier doit être votre toute dernière option. Vous pouvez aussi recourir à un établissement de crédit pour restituer le fond dont vous avez besoin. Il existe toutefois d’autres alternatives plus avantageuses. En fait, d’autres solutions vous permettent de vendre votre bien immobilier avec une faculté de rachat. Vous avez le choix entre la vente à réméré et le portage immobilier. Il s’agit de vendre temporairement la pleine propriété de son bien pour sortir des impasses bancaires tout en préservant le droit de le récupérer sous certaines conditions. C’est rapide, sécurisé, confortable et d’une grande discrétion. Tels sont les engagements du apirem.fr pour ses alternatives. Pour mieux cerner les atouts de ces procédés de vente, il convient de s’appesantir sur le principe de ces deux techniques.

Le portage immobilier

Le portage immobilier est une nouvelle perspective aux investisseurs. Il s’agit d’un moyen qui permet au propriétaire de transférer son bien immobilier à un investisseur avec la faculté de rachat au prix qu’il l’a cédé. Ce système est destiné à des propriétaires en difficulté, mais qui ne possèdent aucune solution de crédit pour honorer leur dette. Le principe consiste à vendre son bien immobilier temporairement à un investisseur afin de rembourser en intégralité ses dettes. Généralement, le prix de vente est fixé à 70% de la valeur du bien sur le marché. Ce liquide lui permet de procéder à des transactions monétaires. Le propriétaire continue d’occuper la maison le temps qu’il s’acquitte de l’emprunt sous forme de loyer. Une fois que le recouvrement des dettes est effectué, le propriétaire-locataire peut reprendre son bien et redevient propriétaire. Le propriétaire possède une période de cinq ans pour racheter ou vendre sa propriété. Toutefois, il peut redevenir propriétaire à tout moment, une fois que ses dettes sont remboursées. Le propriétaire-locataire peut également vendre le bien en question. Si le prix de vente est supérieur à celui du prix l’initial, la différence est à son profit. Si le prix est inférieur, le propriétaire ne débourse rien de plus.

La vente à réméré

La vente à réméré où la vente avec la faculté de rachat est un procédé tenant son origine du Moyen âge. Le principe du réméré consiste à établir une convention entre un propriétaire du bien et son acheteur qui stipulera que le vendeur aura la faculté de racheter le bien vendu moyennant le remboursement du prix principal et les différents frais à l’acheteur. Ce système permet aux propriétaires de faire une restructuration de ses dettes. Il s’agit donc d’un contrat de vente qui engendre une faculté de rachat. Si le vendeur arrive à racheter le bien durant la période convenue, la vente s’annule et la propriété redevient à celui du propriétaire instantanément. Il possède ainsi un délai maximal de cinq ans, pas plus pour le remboursement ses dettes. Au-delà de ce délai, même le lendemain du terme, il n’y a plus de possibilités de rachat, car le contrat est caduc. La vente à réméré peut être irrévocable si le vendeur renonce à l’application de sa faculté lors d’un commun accord. Pendant la période de la clause du réméré, le vendeur cesse d’être propriétaire du bien immobilier et c’est le vendeur qui prend le relais. De ce fait, c’est lui qui perçoit le loyer (s’il s’agit d’un logement locatif). Il peut également hypothéquer le bien en question. Néanmoins, si l’acheteur envisage de vendre le bien immobilier, le contrat est toujours valable et l’ex-propriétaire conserve toujours le principe du réméré. C’est toujours valable durant la période du réméré, même si le nouvel acquéreur n’est pas au courant de la clause de rachat.

La différence entre ces deux alternatives

A priori, le principe de ces deux techniques semble identique. Les deux procédés consistent à vendre temporairement son bien dans le but de le récupérer plus tard. Cependant, il existe une réelle différence entre ces deux systèmes. L’opération de portage immobilier est un transfert transitoire de propriété. Il devient alors locataire et verse un loyer en faveur d’un investisseur avant de récupérer son bien. Quant à la vente à réméré, c’est une acquisition qui consiste à vendre le bien avec une faculté de rachat dans un délai réparti de 5 ans maximum.