Dans un processus d’acquisition d’un bien immobilier, la négociation du prix de vente reste une étape délicate. Il existe pourtant des signes indiquant à l’acheteur qu’il dispose d’une certaine marge de manœuvre. Encore faut-il être capable de les identifier ! Vous découvrirez, grâce au texte ci-dessous, les principales astuces à connaître pour négocier la valeur d’un logement.

1. Apprenez à connaître le marché local

Pour savoir si le prix fixé par le vendeur est juste, il suffit de comparer le logement avec d’autres équivalents et cédés récemment. Maintenant, vous comprenez bien qu’il serait totalement contre-productif de comparer un logement de deux pièces proposé par une agence immobilière en Corrèze (ou ailleurs !) avec une surface similaire située en plein cœur de Paris. Cela n’aurait évidemment aucun sens ! C’est pourquoi vous devez rester à l’échelle locale. Consultez les annonces immobilières dans votre secteur et regardez attentivement les biens similaires à celui que vous souhaitez acquérir. Si vous constatez que la valeur demandée pour ce dernier est trop élevée, faites en part calmement au vendeur et observez sa réaction. En procédant de la sorte, vous pourriez bien prendre un avantage décisif pour la suite de la négociation !

2. Soyez crédible !

L’image demeure importante dans le processus de vente d’un appartement ou d’un autre type d’habitation. L’acheteur doit donc inspirer au maximum confiance au vendeur. Ce dernier peut en effet être pressé de conclure la transaction pour de multiples raisons (départ dans une autre région, crédit relais, etc.). Il n’a donc pas de temps à perdre avec des acquéreurs peu motivés ou peu sérieux. Il cherchera donc à négocier en priorité avec ceux qui lui paraissent les plus crédibles. Efforcez-vous de lui donner toutes les garanties possibles. Évoquez par exemple le fait que vous avez déjà pris contact avec un établissement bancaire et que vous savez donc comment financer votre projet d’achat immobilier. Attention tout de même à ne pas abattre dès le départ toutes vos cartes. Évitez par exemple de dévoiler à cet instant vos possibilités d’investissement.

3. Regardez la date de mise en vente

Certains vendeurs ne sont, au contraire, pas toujours très pressés de vendre. Ils préfèrent alors attendre une proposition correspondant à leurs exigences. Celle-ci n’arrive parfois jamais, les obligeant ainsi à revoir leur position initiale. Vous comprenez bien qu’une telle situation est forcément favorable à l’acquéreur. C’est pourquoi vous ne pouvez pas laisser passer une telle occasion. De tels biens en vente ne sont pas si difficiles à repérer dans l’offre des agences immobilières. Vérifiez tout simplement la date de parution des annonces !

4. Recherchez les défauts du logement

Même si vous voulez véritablement acquérir cet appartement en vente, n’ayez pas peur de dresser la liste de tous ces défauts. Vous disposerez alors d’arguments solides pour négocier avec le vendeur. Retenez uniquement les défauts pouvant affecter le prix de vente à la baisse. Il s’agit par exemple de l’orientation géographique du bien, de ses performances énergétiques ou encore du manque de place de stationnement aux alentours immédiats.

5. Mettez les biens en concurrence

Ne laissez jamais croire au vendeur que vous n’avez qu’une seule corde à votre arc. Visitez un maximum de biens similaires à celui qu’il vous propose et n’ayez pas peur de lui en parler. Rappelez-lui combien son logement vous plaît, mais précisez également que vous avez la possibilité de trouver un autre équivalent pour moins cher. Rares sont les propriétaires à rester de marbre face à une si habile manœuvre !

6. Préférez le contact direct avec le vendeur

Dans ce monde moderne ultra connecté, vous pourriez être tenté de négocier avec le vendeur à distance. Le téléphone, les SMS, les mails et autres systèmes de messageries permettent en effet ce genre d’échanges. Cependant, il est préférable de privilégier la discussion de vive voix entre les deux parties. Il sera alors plus facile de mesurer les intentions réelles de chacun. Apprenez à construire puis à dérouler votre argumentaire de manière progressive afin de parvenir au but que vous vous étiez fixé au départ.

7. Restez courtois et patient !

Ne pensez surtout qu’il suffit de quelques minutes pour négocier un logement ! Cette phase peut, au contraire, s’étaler sur plusieurs semaines. Vous devrez donc faire preuve de patience et de calme pour conclure la transaction. Attendez d’avoir tous les éléments avant de faire une proposition. Quelle que soit la réaction du vendeur, n’oubliez surtout pas de demeurer courtois et souriant afin de ne pas anéantir vos chances de réussite !