Sur le fond de la crise sanitaire, le monde de l’immobiliser a connu de nombreux bouleversements ces dernières années. Mais une telle situation ne signifie pas que de mauvaises nouvelles pour autant. Malgré la crise, le marché de l’immobilier en général n’a pas enregistré de bilan négatif. Certains secteurs et certaines villes s’en sortent même très bien. Avec le confinement et le télétravail surtout, de nouveaux besoins et de nouvelles habitudes sont apparus.

Bon à savoir

Avant d’aller un peu plus loin dans ce classement, découvrez avant tout les quelques critères qui peuvent influencer une recherche. Les mêmes caractéristiques reviennent que ce soit pour en ligne sur les grands sites comme immobilier de luxe ou en se rendant directement dans une agence immobilière.

Le marché du neuf, plus prometteur

Avec tous les avantages fiscaux et les différents dispositifs auxquels ont droit ceux qui investissent dans le neuf, ces derniers sont plus appréciés par rapport à l’ancien. Le côté développement durable entre également en cause puisque les nouvelles normes sont de plus en plus strictes. Investir dans l’ancien implique généralement des coûts de rénovation importants.

Les maisons à étage

Les ventes de villas ou de maisons à étages se passent généralement mieux qu’un bien de plain pied, à surface habitable égale. Les immeubles à étages reviennent généralement moins cher, et étant donné la crise économique actuelle, cet engouement est compréhensible. L’écart de prix vient surtout du fait qu’un bien de plain-pied est plus accessible et sécuritaire.

Les résidences proches d’un parking et des centres commerciaux

Bien que de plus en plus de citadins se déplacent dans les zones périphériques, voire même à la campagne, cette migration n’empêche pas de vouloir rester proches de la civilisation. Les biens immobiliers à proximité des parkings et des centres commerciaux sont encore très recherchés.

Les résidences secondaires bien en vogue

Ces dernières années, les séries de confinements ont créé un nouveau besoin chez les usagers, l’envie d’avoir une seconde résidence, généralement en bord de mer ou plus proche de la nature. Quitter le territoire était pratiquement impossible, raison pour laquelle la pandémie à favoriser le tourisme intramuros et a permis aux citoyens de redécouvrir leur pays. Ces dernières années, l’appartement dans les villes balnéaires est pris d’assaut. Les chalets et les mobile-homes de luxe dans les camps de vacances ou dans les stations de ski le sont également.

Les biens locatifs dans des villes estudiantines ou avec un taux de chômage moindre

En matière d’emplacement, les villes avec un faible taux de chômage restent les plus attractives, ce qui rend pratiquement tous les biens immobiliers sur le territoire attractifs. Tel est souvent le cas d’un petit appartement et d’un studio dans les villes estudiantines. Ces derniers se vendent ou se louent très facilement.

Les studios

Actuellement, les studios sont les plus recherchés, surtout dans les zones très actives. La frénésie de la location de ce type d’immobilier se retrouve surtout dans les villes universitaires ou les lieux ayant réalisé de gros investissements en matière de création d’emplois. Ces studios comportent généralement une pièce avec une douche et une cuisine.

Les appartements T2 et T3

En général, une famille comporte en moyenne 4 personnes et recherche surtout des appartements T2 et T3, en matière de location. Du côté des promoteurs et des acheteurs, la tendance suit également le même mouvement. Compte tenu de la demande, le prix de vente de ce type de biens peut être assez élevé, mais le retour sur investissement est intéressant.

Les maisons et appartements en bord de mer

Les stations balnéaires désemplissent rarement, même en période de pandémie comme l’ont prouvé les derniers événements. Voilà pourquoi les biens immobiliers en bord de mer sont toujours aussi prisés, autant par les acheteurs que les locataires. Pendant les périodes de grandes vacances, même les rez-de-chaussée, la partie la plus dédaignée d’un immeuble parce qu’elle est trop fréquentée, partent en quelques jours, surtout en matière de location.

Les constructions anciennes et les biens immobiliers de luxe

Plus un immobilier est ancien et entretenu, mieux la construction a de la valeur. Ce type de biens représente également une certaine forme de sécurité qui séduit les locataires et les acheteurs. Techniquement, un immeuble ancien dans cet état coûte plus cher que le neuf. Mais même en mauvais état, avec l’engouement pour la restauration et la décoration d’intérieur qui déferlent sur les nouveaux propriétaires, le marché de l’ancien reste assez fluide.
Étant donné la crise économique actuelle due à la pandémie, les propriétés de luxe sont également très recherchées. En effet, la pierre reste l’un des placements les plus rentables. Plus le bien immobilier a de la valeur, mieux les plus-values sont élevées en cas de revente. Cet engouement témoigne d’un besoin de sécuriser le placement.