L’hypermétropie est une anomalie de la vision due à une cornée trop plate. Il est parfois méconnu et ne se diagnostique qu’à l’âge adulte, soit vers la quarantaine. Ce défaut se traduit par la formation de l’image en arrière de la rétine au lieu d’être sur cette dernière. L’hypermétrope voit flou, en particulier de près. Pour retrouver une vue normale, on peut recourir à une chirurgie réfractive qui va augmenter la courbure de la cornée et améliorer la puissance optique de l’oeil. Cette opération hypermétrope se décline en trois types : le lasik, le laser ou PKR et la pose d’implants. Zoom sur chaque technique opératoire.

Le lasik

Le lasik est la technique la plus sollicitée pour une opération hypermétropie Montpellier. Il convient particulièrement pour soigner les hypermétropies de +1 à +6 dioptries.

Cette technique consiste à réaliser une découpe du volet cornéen avec un laser femtoseconde, un instrument qui permet de réaliser une fine lamelle avec précision et en toute sécurité. Ceci fait, le chirurgien sculpte le coté intérieur de la cornée avec un laser excimer, pour accroître la courbure de la cornée et la rendre plus convergente afin de projeter l’image sur le plan rétinien. Le laser creuse sur les périphéries selon le degré d’hypermétropie. Le chirurgien va ensuite repositionner la lenticule par simple adhésion naturelle.

Effectué sous anesthésie locale, le lasik est une opération indolore. L’intervention ne dure que quelques minutes. Le lasik donne en général de bons résultats. Bien que la vision prenne un peu de temps pour se remettre, il permet à un hypermétrope de se passer des lunettes dès le lendemain de l’opération.

Le PKR ou laser de surface

Pour bien comprendre la technique PKR, petit cours d’anatomie de la cornée. Celle-ci est constituée de deux éléments : le stroma qui représente 90% de l’épaisseur cornéenne, et l’épithélium, une couche de cellules épithéliales située en surface. Lors d’une opération PKR, l’épithélium est pelé avec une éponge ou photoablaté avec un laser excimer. Il va repousser en quelques jours pour couvrir la surface de la cornée. Le chirurgien procède à la correction du stroma superficiel pour remodeler la cornée. 

La différence entre le lasik et le PKR repose sur la manière dont l’épithélium est retiré, ainsi que sur l’absence de découpe de capot en PKR. Par ailleurs,la couche épithéliale est préservée lors d’un lasik. La découpe du volet cornéen se fait de façon réclinée. En revanche, lors d’un PKR, l’épithélium est enlevé.

Les implants

Dans le cas d’une forte hypermétropie (supérieure à 7 dioptries) ou d’un patient atteint de cataracte, le médecin peut prescrire un implant de cristallin artificiel.  En effet, la cornée ne peut être bombée exagérément avec le laser, sous peine d’effets secondaires.

Cette opération hypermétropie Montpellier consiste à inciser l’œil de 2 à 3 millimètres, puis à retirer le cristallin avant de placer une lentille à l’intérieur. Cet implant corrige les défauts de vision et permet de voir de près comme de loin, sans lunettes. Réalisée sous anesthésie, l’intervention chirurgicale est complètement indolore. La vision se récupère rapidement.

Pour les patients souffrant à la fois d’hypermétropie et de presbytie, le médecin procédera à une opération par implant multifocal progressif. La puissance de l’implant est alors calculée soigneusement via une échographie. Un simple erreur de calcul risque de fausser les résultats.

Une opération de l’hypermétropie par implant multifocal progressif peut présenter des effets secondaires, surtout dans le cas d’une hypermétropie grave. Le patient perd pendant un certain temps sa qualité de vision. Il voit par exemple des éblouissements ou des halos autour des lumières, sa vision est floue. Il devient provisoirement moins sensible au contraste.