Les compléments alimentaires sont désormais au cœur de toutes les conversations autour de la santé et du bien-être. Ils nous promettent d’atteindre nos objectifs nutritionnels quotidiens même si nos repas ne répondent pas, avec précision, aux besoins de notre organisme pour fonctionner de manière optimale. Pour répondre à une demande de plus en plus croissante, les marques et formes de compléments se multiplient rendant le choix difficile. Dans cet article, nous allons vous expliquer le principe de ces nutriments et vous fournir 3 conseils utiles pour les intégrer efficacement dans vos habitudes journalières.

Complément alimentaire : de quoi s’agit-il ?

Un complément alimentaire, appelé aussi denrée alimentaire, est consommé pour atteindre un objectif bien défini. La plupart des gens ont une hygiène de vie très éloignée des habitudes nécessaires pour fournir à l’organisme les nutriments requis pour libérer tout son potentiel. Grâce à cet apport, le déficit peut être comblé. Vous consommerez alors des nutriments bénéfiques pour votre corps et pour votre mental tout autant. Cependant, pour en tirer le meilleur profit possible, il va falloir adopter, à côté, une hygiène de vie saine et une alimentation équilibrée.

Par ailleurs, les compléments sont proposés sous forme de doses physiologiques. Cela signifie que le dosage booste le fonctionnement de l’organisme en dehors de toute considération thérapeutique. Vendus sans ordonnance, ils ne peuvent être considérés comme des médicaments même si leur impact bénéfique sur le corps est indéniable. Si vous ignorez combien vous devez en prendre, à quelle fréquence et quelle forme choisir, il vous suffit de demander de l’aide au pharmacien ou au vendeur de grande surface. Autrement, vous trouverez un mode d’administration spécifique indiqué sur la notice.

De manière générale, ces compléments contiennent :

  • Des minéraux, oligo-éléments, vitamines, protéines et acides aminés.
  • Des plantes naturelles et des champignons
  • Des substances probiotiques et des antioxydants

Pour plus d’infos, rendez-vous sur www.123gelules.com.

Conseil 1 : Définissez vos priorités à l’avance

De prime abord, certains compléments peuvent sembler similaires. Cependant, en lisant l’étiquette, vous allez vite vous rendre compte des différences qui vous permettront de faire un choix judicieux. Dans un premier temps, le critère prioritaire doit être le mode de fabrication du produit. Celui-ci doit être naturel et fabriqué à partir de composants qu’on retrouve dans nos cuisines comme l’amidon et les œufs par exemple.

De plus, il est vivement conseillé de privilégier les substituts avec la liste d’ingrédients la plus courte. Cette condition vous met à l’abri de produits avec des additifs non recommandés pour la santé comme les colorants et les arômes ajoutées. En lisant la composition du complément, assurez-vous aussi qu’il n’y a pas de sucre, et ce sous toutes ses formes ; fructose, glucose, saccharose… Préférez les graisses de qualité comme l’huile d’olive par exemple. Après tout, si vous allez opter pour ces produits, vous ne souhaitez surement pas fournir à votre corps des particules chimiques.

Plus encore, il faut s’assurer que la quantité de calories présente dans vos compléments est à son minimum. Ce serait dommage que le prix à payer pour gagner en antioxydants soit un gain de kilos indésirables. Enfin, privilégiez, toujours en suivant cet ordre de priorité, les fibres issues de céréales raffinées et de fruits naturels.

Conseil 2 : Préférez les compléments bio

Ce conseil peut paraître évident. Pourtant, bon nombre de consommateurs hésitent encore entre les compléments biologiques et les compléments avec un taux, même infime, de substances chimiques. En réalité, on compte entre 90 et 100 % de la composition des compléments disponibles dans les commerces qui est issue de l’agriculture biologique.

Pour limiter les risques de vous retrouver avec un produit comportant un pourcentage plus grand que celui que nous venons d’indiquer, cherchez l’étiquette « bio ». Cette certification est une garantie que vos compléments ne sont pas fabriqués à partir de plantes qui ont été traitées avec des engrais et des pesticides. Elle est également liée à un souci écologique.

Cependant, ce n’est pas parce que vous n’avez pas trouvé cette étiquette sur le paquet que le produit n’est pas biologique. Certains substituts ne peuvent pas obtenir cette certification même s’ils ne contiennent aucun composant chimique. C’est le cas des ressources de la mer comme les poissons gras et les huîtres.

À savoir : Conformément au cahier de charge Européen, l’attestation « biologique » ne peut être livrée qu’aux gélules en HPMC, même si des variantes 100 % naturelles sont disponibles sur le marché.

Conseil 3 : Ne vous fiez pas aux idées reçues

Comme tous les produits qui deviennent en vogue, il y a un grand amalgame concernant ces compléments. Parmi les sujets de méprise, on peut citer l’ordre dans lequel les composants apparaissent sur l’étiquette. Vous pouvez constater que, pour les substituts alimentaires qui contiennent du sucre, celui-ci sera cité en dernier, ou du moins jamais en premier. Pourquoi ? Parce que le consommateur continue rarement de lire la liste des ingrédients dans sa totalité. Faites alors preuve de vigilance sur ce point pour bien comprendre ce que vous introduisez dans votre organisme.

Par ailleurs, vous serez peut-être tenté de choisir des gélules ou comprimés effervescents avec l’indication « produit allégé » sur le paquet. L’amidon est souvent remplacé par des additifs qui finissent par ralentir le métabolisme et par stimuler le processus de stockage des graisses.

À noter : La présence de vitamines et d’antioxydants sur la liste des ingrédients n’est pas toujours un gage de qualité !