Le directeur général de l’Office espagnol du changement climatique souligne que la réforme de la loi sur le littoral et la nouvelle norme d’évaluation environnementale prennent toutes deux en compte le changement climatique.

Les risques du changement climatique

La directrice générale de l’Office espagnol du changement climatique, Susana Magro, a souligné ce mercredi que lors de son discours à la cérémonie de clôture d’une conférence sur “Les risques du changement climatique” qui s’est tenue à Madrid.

Lors de ce forum, organisé par la Fondation Axa et Expansion, Susana Magro a souligné que la réforme de la loi sur le littoral et la nouvelle réglementation sur l’évaluation environnementale récemment approuvée tiennent compte du changement climatique, après avoir souligné que pour le ministère de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement (MAGRAMA), il est très important “d’anticiper ce défi, de mettre en œuvre des mesures et de travailler en pensant à l’avenir”.

Il a souligné que les informations contenues dans le cinquième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies et les données actuellement disponibles “montrent qu’il n’y a plus aucun doute sur l’ampleur du défi et que le changement climatique est sans aucun doute l’un des plus grands problèmes environnementaux auxquels l’humanité doit faire face”.

Le cinquième rapport d’évaluation du groupe de travail (WGI) du GIEC, publié en septembre dernier, évalue les aspects scientifiques et physiques du système climatique et du changement climatique, notamment les changements observés dans les gaz à effet de serre et les aérosols dans l’atmosphère, les températures de l’air, des terres et de la mer, les précipitations, les glaciers et les calottes glaciaires, les océans et le niveau de la mer, ainsi que les projections futures de toutes ces variables.

Ce rapport est basé sur des millions de données et de mesures qui permettent un niveau d’observation sans précédent et impartial de l’état du système terrestre, a expliqué Susana Magro.

“Le changement climatique est un problème mondial qui nécessite donc une prise de conscience, un engagement et une solution à l’échelle mondiale”, a déclaré Susana Magro.

Évaluation de l’impact

À cet égard, le directeur général a souligné que le MAGRAMA a opéré ces deux dernières années un “revirement total” dans sa politique de lutte contre le changement climatique. Elle a également ajouté que l’évaluation des impacts et l’adoption de mesures d’adaptation au changement climatique sont des objectifs prioritaires pour l’Espagne.

Enfin, il a évoqué le lancement de la plateforme Adapta et d’AdapteCCA, deux initiatives lancées par l’Office espagnol du changement climatique (OECC).

Comme il l’a expliqué, l’objectif ultime du projet Adapta est d’étendre le développement du plan national d’adaptation au changement climatique au secteur privé, en rapprochant l’adaptation de la planification stratégique des entreprises, tandis que la plateforme espagnole pour l’adaptation au changement climatique (AdapteCCa) servira à l’échange d’informations sur les impacts, la vulnérabilité et l’adaptation au changement climatique.

Il a conclu que la Commission européenne a félicité l’Espagne pour la mise en œuvre de cette plateforme et a rappelé que notre pays dispose d’un Plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC), totalement aligné sur la politique européenne et qui constitue le cadre général de référence pour les activités d’évaluation des impacts, de la vulnérabilité et de l’adaptation au changement climatique.