Une hernie hiatale ou le passage d’une portion de l’estomac à travers le hiatus œsophagien (l’orifice œsophagien du diaphragme) est une des lésions les plus fréquentes de l’estomac. Selon les statistiques, elle concerne 20 à 60% de la population française. Les causes précises de cette anomalie ne sont pas clairement identifiées. Toutefois, l’âge est un facteur de risque, car les organes perdent de leur tonicité, le diaphragme n’est plus très élastique et s’élargit laissant l’estomac s’y glisser plus facilement. La hernie hiatale peut être aussi congénitale, dans ce cas-ci le hiatus est trop large dès la naissance. Cette petite anomalie est curable, le traitement dépend de la gravité des symptômes et de la taille de la hernie. 

Les symptômes d’une hernie hiatale 

 Dans la plupart des cas, elle est asymptomatique. Si les symptômes sont présents, elle apparaît 20 à 30 minutes après le repas, car pour la plupart elles sont causées par le reflux gastro- œsophagien. Ces symptômes sont : une sensation de brûlure d’estomac, un goût amer dans la bouche, mauvaise haleine, une envie de vomir persistante, rot fréquent, une sensation d’estomac pleine après chaque repas, toux sèche et douleur thoracique. Ces symptômes ont tendance à s’atténuer et même disparaître peu de temps après le repas.  

Des symptômes plus sévères tels qu’une fièvre, nausées, vomissements sanglants et douleurs abdominales très intenses peuvent apparaître. Ce sont des signes révélateurs de la sévérité de la hernie hiataleici il est impératif de consulter un spécialiste pour confirmer le diagnostic.  

Un changement de mode de vie pour soulager les symptômes de la hernie hiatale  

Les aliments influencent directement la quantité d’acide produite dans l’estomac. Les aliments gras par exemple sont plus lents à digérer augmentant ainsi la production d’acide. Pareille pour la caféine, les boissons gazeuses et alcoolisées, car elles sont composées de stimulant favorisant le reflux gastrique. Ceux qui peuvent irriter l’estomac comme les menthes, leurs arômes et les épices sont aussi à bannir de l’alimentation.  

Pour les aliments autorisés, votre régime doit inclure des légumes, des fruits, des légumineux et des fibres. Les bonnes graisses peuvent aussi être consommées. Concernant les viandes, consommez ceux à faible teneur en graisse.  

En plus, des aliments à éviter et autoriser, il y a également quelque précaution à suivre :  

  • Évitez de boire des liquides avec les repas.  
  • Le repas du soir doit être 4 à 5 heures avant le coucher. 
  • Faire de l’exercice et s’allonger après le repas est à éviter. 
  • Lors du coucher, gardez la tête du lit surélevée d’environ 30º. 
  • Essayez de maintenir un IMC inférieur ou égal à 25.  
  • Il est également important d’arrêter de fumer et de réduire le stress. 

Dans certains cas d’une hernie hiatale, un changement de mode de vie n’est pas suffisant. Dans ce cas de figure, il est possible que les gastro-entérologues prescrivent des médicaments protecteurs gastriques, des anti acides ou d’inhibiteurs de la pompe à protons pour protéger les parois de l’œsophage et soulager les symptômes. Le temps d’utilisation minimum de ces médicaments pour obtenir l’effet souhaité est de huit semaines.  

La Chirurgie pour guérir la hernie hiatale 

Si le patient présentant une hernie hiatale ne répond pas au traitement initial qui sont le changement de mode de vie et le traitement médicamenteux clinique ou si la hernie est volumineuse, une chirurgie correctrice sera nécessaire.  

D’autres patients choisissent cette option lorsqu’ils comprennent qu’ils ne sont pas en mesure de se maintenir. Il est possible qu’ils aient des raisons personnelles, économiques ou une intolérance médicamenteuse pour ne pas pouvoir procéder à un changement de mode de vie ou au traitement médicamenteux.  

La chirurgie est impérative lorsque le patient présente une œsophagite sévère due à des lésions et des agressions constantes de la muqueuse provoquées par le reflux. Ce type de chirurgie est réalisé par laparoscopie, sous anesthésie générale avec un rétablissement d’environ 2 mois après l’intervention.