Qu’il s’agisse de vieux téléphones portables, de radios, de téléviseurs ou de machines à laver, les déchets électroniques finissent, souvent, dans les ordures ménagères en Allemagne. Selon les estimations, environ 23 kilos par an et par habitant. Pour que les anciens appareils puissent être mieux éliminés à l’avenir, une réglementation légale prévoit que les fabricants doivent reprendre les appareils électroniques qu’ils produisent. Mais qu’en est-il réellement des systèmes photovoltaïques et comment sont-ils éliminés ? Dans cet article, on a rassemblé quelques points sur ce sujet.

À partir d’une certaine taille de magasin et en cas d’achat d’un nouvel appareil correspondant, les distributeurs seront à l’avenir tenus de reprendre un ancien appareil du client. L’objectif est de pouvoir continuer à utiliser les matières premières, dans les appareils grâce à un meilleur recyclage.

Combien de temps les systèmes d’énergie solaire peuvent-ils être exploités ?

Les modules solaires et les onduleurs sont conçus pour une longue durée de fonctionnement et fournissent de l’énergie solaire de manière fiable, pendant de nombreuses années. Les premières installations photovoltaïques sont raccordées au réseau, depuis les années 1990. Une plus forte expansion du PV n’a eu lieu qu’avec le programme 100 000 toits et les subventions de l’EEG à partir de 2004. Comme la plupart des systèmes ont une durée de vie de plus de 30 ans, on ne s’attend pas à ce que des quantités plus importantes de déchets soient produites avant 2020 ou 2025.

Où mettre les panneaux solaires mis au rebut ?

Pour les composants des systèmes d’énergie solaire, le règlement prévoit, désormais, que ceux-ci doivent être repris par le fabricant. L’entreprise hambourgeoise Take-e-way GmbH soutient de nombreux producteurs, dans ce processus et se charge de l’élimination des équipements électriques, y compris les systèmes photovoltaïques.

Selon Oliver Friedrichs, directeur général de Take-e-way, la valeur des modules solaires défectueux s’élève à 190 euros par tonne. En effet, les modules cristallins peuvent être entièrement recyclés, et les matières premières obtenues sont, ensuite, revendues.

Les onduleurs et les modules sont recyclés

Il existe plusieurs procédés de recyclage pour les différents composants des modules. L’entreprise Exner Trenntechnik GmbH en Basse-Saxe s’est, également, spécialisée dans l’élimination des modules. Les modules anciens ou défectueux sont, d’abord, finement broyés, leurs différents composants (verre, métaux et plastique) sont, ensuite, séparés les uns des autres et traités.

Les fabricants d’onduleurs étaient, déjà, soumis à cette réglementation avant les producteurs de modules. En Allemagne, tous les fabricants doivent enregistrer leurs types de dispositifs auprès du registre Ancienne fondation d’appareils électriques (EAR). Le retour et le recyclage des anciens appareils peuvent ainsi être contrôlés.

Plusieurs points de collecte ont, déjà, été mis en place en Allemagne. Cependant, toute personne souhaitant se débarrasser de son système devrait demander l’aide d’un expert pour la désinstallation ou la faire réaliser directement par un artisan spécialisé sur place.

Mise à jour : ce qu’il faut surveiller à partir du 1er février 2016

Les fabricants de modules et les distributeurs dits initiaux (tels que les importateurs) doivent se conformer aux obligations légales susmentionnées à partir de février. Concrètement, cela signifie qu’ils doivent enregistrer toutes les marques et tous les appareils auprès de la fondation AER, fournir la preuve annuelle d’une garantie financière et veiller à ce que les anciens appareils soient repris et éliminés. Il est important que les artisans spécialisés ne puissent proposer que des appareils provenant de fabricants enregistrés. BSW Solar propose de l’aide et des conseils aux professionnels de l’énergie solaire.