Vous venez d’apprendre que vous êtes diabétique et, malgré les conseils de votre médecin traitant (de votre infirmière libérale ou de n’importe quel établissement de santé), vous vous sentez un peu perdu depuis ? Rassurez-vous, il est parfaitement possible de bien vivre avec cette pathologie. Il vous suffit pour cela de mettre en application quelques règles simples.

1. Une alimentation équilibrée

Vivre avec son diabète ne consiste pas seulement à effectuer régulièrement une injection d’insuline ou à fréquenter des infirmiers libéraux (pour d’éventuels soins infirmiers à domicile) et des centres de santé ! Vous devrez en effet aussi modifier vos habitudes et adopter un nouveau rythme. Et cela débute par un changement radical de votre alimentation ! L’idée consiste à rééquilibrer les apports nutritifs. Il vous faudra alors limiter votre consommation de sucre, dont les fameux glucides, et de lipides. Vous comprenez dès lors que vous devrez vous passer de certains produits tels que les sodas (même lights), le pain, la charcuterie, les pâtisseries ou encore les fritures.

Vous les remplacerez par d’autres aliments comme par exemple les œufs, les produits laitiers (exception faite des fromages à pâte dure, jugés trop riches en graisse) ou les poissons. Veuillez noter que la consommation de viande n’est pas déconseillée. Veillez simplement à éviter les viandes trop grasses. Enfin, vous restez libre de consommer autant de fruits frais que vous le désirerez !

2. Une activité physique régulière

Les professionnels de santé ont également l’habitude de recommander une activité physique régulière durant au moins trente minutes par jour, cinq fois par semaine. Vous constaterez de plus combien le sport est bénéfique pour la santé. Non seulement cela favorisera la perte de poids (plus encore en association avec un régime alimentaire adapté !), mais vous dormirez et respirez également bien mieux !

3. Prenez soin de vous !

Le sommeil va avoir une incidence sur vos rythmes biologiques. Il est ainsi fortement déconseillé de se lever très tard afin de ne pas dérégler les cycles hormonaux et la production d’insuline. Pour les mêmes raisons, vous veillerez également à ne pas avoir trop froid et à être constamment bien hydraté, notamment si vous faites partie des personnes âgées. Enfin, vous devrez arrêter définitivement la cigarette (en raison du risque accru de maladies cardiovasculaires) et limiter fortement votre consommation d’alcool, un produit particulièrement concentré en glucides.

4. Peut-on concilier diabète et vie professionnelle active ?

Tout d’abord, il est important de rappeler que c’est au salarié que revient la décision de communiquer ou non sur son état de santé. Il ne peut, en aucun cas, s’agir d’une exigence de son employeur. Dans un deuxième temps, il convient de s’assurer que l’environnement et le type d’activité sont bien compatibles avec cette maladie. Allez-vous pouvoir contrôler votre glycémie comme bon vous semble ? Pourrez-vous prendre des en-cas ou réaliser une piqure d’insuline si nécessaire ? En cas d’hypoglycémie, risquez-vous de mettre en péril votre santé ou celles d’autres personnes ?

5. Diabète et voyage

Le diabète ne vous limitera pas dans vos possibilités de déplacement. Vous restez libre d’aller où bon vous semble ! Cela demande juste un peu plus de préparation. Prévoyez notamment le nombre de doses d’insulines pour la durée du séjour. Prenez-en même plus que nécessaire afin de parer à toutes les éventualités une fois sur place (retard dans les transports, contre-temps retardant votre départ, modification de votre rythme biologique engendré par des changements de fuseaux horaires, etc.). Emmenez avec vos tous les documents médicaux (dont les ordonnances) en lien avec votre pathologie. Si vous vous déplacez en dehors des frontières de l’Union européenne, veillez également à demander un certificat médical à votre médecin traitant. N’hésitez pas non plus à vous renseigner sur la localisation du centre de soins infirmiers le plus proche de votre lieu de séjour.

6. Et pour la conduite automobile ?

Elle demeure, elle aussi, autorisée aux personnes diabétiques. Cependant, il est important que vous preniez conscience qu’une hypoglycémie (taux de sucre faible dans le sang) peut avoir de fâcheuses conséquences au volant. Aussi, vous devrez prendre certaines habitudes avant de vous installer sur le siège conducteur d’une automobile. Mesurez votre glycémie, notamment si vous devez effectuer un trajet long, et constituez-vous des réserves de nourriture que vous placerez dans l’habitacle du véhicule. Quelques comprimés de glucoses seraient également les bienvenus ! Bien évidemment, si vous commencez à ressentir les premiers signes annonciateurs d’une hypoglycémie, ne tentez pas d’aller plus loin et stationnez au plus vite la voiture en sécurité.